La situation des enseignants contractuels après la grève en Guinée: Les précisions du ministre de l’Education Nationale

Suite au retour des enseignants titulaires dans les classes, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (ENA), Mory Sangaré, a accordé une interview à la presse, pour donner des précisions sur la situation des enseignants contractuels mobilisés en vue de combler le vide laissé par les grévistes.

Il a, à cet effet, souligné, que des solutions appropriées sont prises pour le cas des enseignants contractuels qui, depuis la grève lancée le 03 octobre 2018 dernier par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), avaient repris le flambeau.

Mais que deviennent-ils après la grève ? Une question qui court déjà sur plusieurs lèvres en Guinée.

«Soyez sûrs que nous sommes à la recherche de la qualité qui est très décriée. Tout le monde dit que ça ne va pas dans nos écoles, les enseignants sont faibles. Donc, nous devons les évaluer dans leur pratique de classe. Ceux qui n’ont pas le niveau seront soumis à un programme de renforcement de capacités et éventuellement les mettre en situation de classe», a mentionné le ministre de l’ENA, Mory Sangaré.

Il a rappelé la volonté de son Département à construire et à rénover des infrastructures scolaires.

Concernant le cas des titulaires et des suppléants, le ministre a dit : «Ce n’est pas un problème. L’enseignant suppléant sait qu’il n’est pas le titulaire. Quand le titulaire viendra, il va obtempérer».

Le ministre a fait savoir, dans la foulée, que «les suppléants peuvent faire des activités scolaires analogues. C’est-à-dire, organiser des séances de révision dans les écoles privées, préparer les candidats aux examens de fin d’année scolaire».

Certains verront leurs dossiers engagés dans les Départements de l’Enseignement Supérieur et Technique, a rassuré le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (ENA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici